''Ca plagne pour moi ''..... ( By J.Pignard )

Publié le par fabienantolinos

198763 2199257551101 1537148904 2349891 3408065 n[1]« Ma course la plus aboutie ! » ; voilà ce que je lance à chaud à l’arrivée au speakeur lorsqu’il me demande mes impressions sur cette 6000D 2011.

Je cherchais une course référence et qui fait référence dans le Trail, j’ai été comblé ce 30 Juillet.

Cette victoire je l’ai rêvée avant et pendant, construite depuis le mois de Décembre en m’entraînant très dur, en sacrifiant certains plaisirs et beaucoup de glace sur mes genoux !!!

Cette première place n’aurait pas été possible sans le soutien quotidien de Virginie, les copains qui poussent à l’entrainement, le ravito des parents, l’aide de mes partenaires, les soins de mon kiné David, les petits ou grands conseils d’ici ou là… et sans la concurrence toujours plus vive sur ce TTN qui vous oblige à vous surpasser.972270d799

Ce 30 Juillet sur la ligne de départ je suis plutôt détendu mais concentré. En l’absence de Julien Rancon je suis le favori  logique  même si la 6000D est très spécifique et qu’il y a un plateau de spécialistes. La nuit a été trop courte, j’ai renversé mon thé ce matin mais je ne compte pas m’endormir sur le parcours !

Le 1er quart d’heure sur le plat est assez rapide sous l’impulsion de Pascal Giguet. Dans les premières pentes nous nous retrouvons rapidement à 5 : Pascal, Romuald De Paepe, Sylvain Camus, Xavier Thévenard et moi. J’ai pris l’option bâtons dès le début ainsi que Xavier, ce choix a été je pense payant sur la fin.

Les pentes ne sont jamais très importantes mais quand elles se redressent sous Aime La Plagne Sylvain Camus accélère et nous prend assez rapidement 1’, nous gérons avec Pascal, Xavier est un peu plus loin et Romuald n’est plus là.

Au premier ravito je suis 3ème, les écarts devant et derrière sont minimes, aucun affolement, je mange une compote, un morceau de banane, change de ceinture et repars.

La montée jusqu’à la roche de Mio se déroule sans encombre, je perds parfois un peu de terrain en me ravitaillant, j’ai l’impression que je suis le seul à boire et à manger autant, suis je un ventre à pattes ?  « et oh Fabien faut arrêter de bouffer on est pas dans une rando ! »

En fait ça me rassure plutôt, je me dis qu’on perd tous la même énergie mais que j’en récupère peut être un peu plus pour la suite. En parlant de ravito je blêmis au sommet de Mio, je vois mon père avec le sac de ravitaillement, il a l’air perdu et me demande où est ma mère. Je lui crie de vite redescendre à la Chiaupe avec la télécabine et je gamberge toute la descente. Il a à peine 10’ pour arriver avant moi au ravitaillement du col et j’envisage difficilement d’aborder la plus grosse difficulté (le glacier) avec une banane et de l’eau…

La courte descente passe vite sur un bon chemin peu pentu, le ravitaillement est en vu, je fais le point sur ce qu’il me reste pour la suite et miracle, mon père arrive en courant, je suis de nouveau confiant pour aborder le glacier que j’ai eu l’occasion de reconnaître déjà. La pente est raide, très raide à la fin nous obligeant à effectuer de très longues portions de marche mais pour moi tous les voyants sont au vert et l’altitude ne me pénalise pas. Nous sommes tous les 4 au sommet de la 6000D et la bagarre n’a pas encore commencé !253198 2199260111165 1537148904 2349904 4271348 n[1]

Je sais que Pascal et Xavier descendent bien, les parties techniques du haut ne me posent aucun problème mais je laisse ensuite filer mes 3 compagnons pour m’épargner les cuisses dans des parties très raides. Je connais 11af1cce7etoute la fin, le long plat à partir du Dérochoir, la remontée raide sur l’Arpette et la partie terminale certe descendante mais roulante. Il faudra encore avoir du jus…

Je perds donc 1’30 sur la tête de course mais reviens sur Sylvain à la fin du plat. Je décide d’accélérer pour essayer de recoller avant le col de l’Arpette. Les pentes sont importantes mais je cours aussi souvent que possible et reviens dans le sillage de mes 2 adversaires jusqu’à 30 mètres au passage du col.

La descente jusqu’à Plagne Bellecôte est agréable on peut se lâcher sur un bon revêtement d’herbe puis une piste de ski. Ma seule inquiétude concerne alors mes pieds. J’ai super mal sous les 2 talons, une impression de cailloux sous les chaussettes mais pour l’instant c’est supportable, on verra ça plus tard…

Au ravitaillement Anne Valéro m’annonce 1’ de retard, j’ai gardé des forces je sais que dans 2 km ça remonte sévère puis en faux plat, sur ce que j’ai vu je suis meilleur grimpeur et rouleur, c’est là que j’essaierais de faire la différence. Je force l’allure et dans la côte aperçois Pascal devant et Xavier un peu derrière. Je bois et accélère fort (enfin j’ai l’impression !!!).

Je double Xavier puis Pascal, il me semble qu’ils essaient de s’accrocher mais je ne me retourne pas et veux faire immédiatement les écarts. Nous sommes alors en sous bois, à 15 km environ de l’arrivée et musculairement je suis très bien. Je passe dans ma tête du « je peux gagner » à « je dois gagner, je vais gagner la 6000D ». Je ne vois plus mes compagnons de course mais estime rapidement notre écart à 45’’ grâce aux applaudissements des spectateurs et randonneurs.

Avant Montchavin je profite d’une épingle abritée des regards pour enlever mes chaussures, la douleur sous les talons devient insupportable dans les descentes raides mais à mon grand désarroi aucun cailloux ne tombe, il faudra serrer les dents !

P1030264C’est ce que je ferais les 9 derniers km, toujours à la relance sans la moindre idée des écarts. Sur la piste cyclable mon pote Eric m’annonce que personne n’est derrière. Je traverse l’Isère, j’avais constaté lors du repérage   sur le pont que la vue était dégagée sur la piste et que si personne n’était à l’horizon alors… ça sentirait bon !

J’ai l’impression d’être arrêté dans le faux plat montant à Aime vent de face, j’attends la banderole, délivrance pour mes pieds endoloris. Je peux enfin lever les bras, aujourd’hui, « ça Plagne pour moi » (merci à Jérémy.P pour le jeu de mot).

J’attends Xavier et Pascal, deux grands coureurs qui complètent le podium puis souhaite enlever mes chaussures. A voir le regard d’Eric les dégâts sont importants, je m’en doutais et vais aussitôt souffrir encore un peu sous le scalpel des podologues.

C’est marrant, les « finishers de l’ombre » demandent souvent aux premiers coureurs s’ils ont le temps « d’en chier ». Face à la banderole d’arrivée je crois que nous avons tous (je l’espère) donné le maximum et plus. Pour les trailers davantage que pour les coureurs sur piste ou sur route la préparation mais surtout la gestion de course sont capitales mais la violence physique, endurée parfois, impose de se surpasser et les ressources mentales sont alors capitales autant pour le premier que pour le dernier. Pour faire court, rien n’est facile, même devant !

635572ee93

Longue vie à cette 6000D, course des Géants qui mérite bien cette appellation, merci à l’organisation impeccable, aux spectateurs toujours présents sur le parcours et aux « cybers fans ! » qui me suivent sur le net,  un grand bravo à tous les finishers et une spéciale dédicace à ma petite famille qui s’est agrandie le 20 Juillet.

Rendez-vous aux Templiers, Fabien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fabienantolinos 09/08/2011 18:39


Vincent : merci quand même car vu l'état des talons, quel aurait été le reste du pied ??? Maintenant il faudra penser à en mettre sur les talons, car je ne peux toujours pas courir....
Eric : merci pour tes encouragements, ça fait plaise. Tu reviens quand tu veux sur un trail !!!
Martin : Très touchant, bonne fin de voyage


Eric PANASSIER 08/08/2011 22:17


Je t'avais promis d'être présent ...
Alors même si je n'ai pas, cette année, pris le départ de la 6000D ...
Et que tu m'as un peu cherché pendant plus de 40 kms ...
J'ai été vraiment heureux de te voir débouler en tête à Montchavin ...
Puis de nouveau dans la vallée sur la piste cyclable ...
Au plaisir le collègue, l'ami ...
Bonne récup !
Et bises à partager entre vous 4
Eric


Felicitations Fabien. Un grand bravo. 07/08/2011 23:34




Mc Fly 06/08/2011 23:43


sympa les photos.......................................


vincent 06/08/2011 12:05


Salut Fabien

Je t'ai filé un peu de Nok avant le départ ...si j'avais su, je t'aurais laissé le tube entier !

Je peux me targuer d'avoir contribué à ton succès ! hihi

bonne continuation,

Vincent