Compte rendu Trail de la vallée des lacs Gérardmer

Publié le par fabienantolinos

gerardmer2.jpg"Je suis combien?..."; cette petite phrase que je lance à une bénévole avant de franchir la ligne d'arrivée à Gérardmer résume à elle seule combien l'issue de ce trail a été incertaine jusqu'au bout: "2ème" me dit elle, je peux enfin lever les bras, le sentiment qui domine est le soulagement!

Revenons sur le déroulement de l'épreuve et la concurrence:

Ce trail de la vallée des lacs fait 60km, 2700m de dénivelé, il est la 6ème épreuve du TTN, l'organisateur a eu la gentillesse de m'octroyer le dossart 1 mais mes 3 principaux adversaires du jour seront je le sais en grande forme.

 

Julien Rancon est bien entendu normalement au dessus, ce qu'il confirmera, Franck Mantel (équipe de France de Trail 2010) est bien, il sort d'une année galère au niveau santé, il est revanchard, Yan Curien qui participera au mondial de trail avec l'équipe de france dans trois semaines voudra briller pour honorer son statut et faire plaisir à ses supporters dans sa région natale.

 

Un adversaire supplémentaire vient s'inviter, le mauvais temps. Nous partons déjà trempés et sous une pluie battante à 7h du matin. Je suis devant avec Julien, suivent de près Yan et Franck. Pendant 30km nous fonctionnons de la même façon, Julien nous prend quelques secondes dans les montées, nous courons ensemble sur les plats, nous effectuons les descentes à 3 plutôt tranquilement. A ce moment de la course Franck est seul à environ 3', en difficulté dans les montées il revient souvent tout proche à la faveur des descentes. Au 30ème environ Julien part dans une montée, nous nous livrerons avec Yan une petite guerre des nerfs pendant 20 km. Nous courons ensemble jusque sous le Honneck, point culminant en altitude mais aussi au niveau des intempéries. Yan est devant à 100m, je suis gelé, il y a des rafales sur les crêtes à 80km/h et la grêle qui s'invite avant le ravitaillement du 45ème. Nous y arrivons ensemble, Yan tremble, moi aussi, nous sommes incapables de défaire nos ceintures ou Camel. J'ai les doigts gelés et sollicite une âme charitable pour clipser mes attaches de camel et repart juste derrière Yan. Nous effectuons une descente facile tout doucement j'ai l'impression qu'il commence à avoir des crampes, moi aussi, les jambes sont gelées et trempées.

 

Qui va résister? je ne sais pas à ce moment là si je pourrais terminer. Je repasse devant dans une descente plus technique et retrouve un long plat dans la vallée et en profite pour relancer l'allure car ça va mieux. Je ne vois plus personne derrière. J'entame la dernière montée à 8km de l'arrivée et entend derrière moi des encouragements et vois débouler Julien. Je lui demande d'où il vient, il me répond qu'il s'est perdu et que Yan et Franck sont à 3' environ. Je n'essaie pas de m'accrocher et réalise la montée raide à un bon rythme, Julien me distance mais l'écart restera de 45'' environ jusqu'à une dernière blague de l'organisation: Juste après la dernière bosse il y a un mini ravito, un chemin à droite et un autre à gauche, je demande à une bénévole l'arrivée et elle me dit à gauche, je tourne dans le doute, je pensais à droite. Au bout de 300m, pas de balisage, je fais demi tour au sprint et effectue la longue descente en prenant cette fois ci à droite sans savoir si Yan et Franck sont repassés devant.

 

Je termine finalement 2ème, au bout d'un effort intense du début à la fin et psychologiquement épuisant. Sans mon repérage du moi d'Avril tout aurait été encore plus complexe. Bravo à tous les finishers (280) mais aussi à ceux qui ont du abandonner à cause des conditions difficiles (90 abandons). Avis aux amateurs d'escargots et de champignons, vous pouvez aller à Gerardmer, les sols sont bien humides.

 

A plus tard, bonnes vacances à ceux qui coupent, bon courage et bonne chance à ceux qui courent encore cet été.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article