Mondiaux de Trail « Contre mauvaise fortune, bon cœur ».

Publié le par fabienantolinos

Mondiaux de Trail, 6ème individuel et 2ème par équipe,

« Contre mauvaise fortune, bon cœur ».

« Prenez du plaisir » nous ressassaient la plupart des messages de soutien de la famille, des amis, du monde du trail… A croire qu’il n’y a personne de lucide parmi notre entourage !

Dans ce sport difficile qu’est la course à pieds le plaisir se prend en dehors de l’effort, dans le partage avec les membres de l’équipe, le staff, nos supporters nombreux sur le parcours, mais aussi dans l’atteinte des buts que nous nous fixons individuellement et collectivement. 934610 536475353082672 300032690 n[1]

J’ai pris un plaisir immense à vivre cette aventure au Pays de Galles durant les quatre jours de la compétition. Convivialité, solidarité, désire de faire briller les couleurs tricolores, voici ce qui a animé le groupe pendant ce déplacement au Royaume Uni. Le bilan collectif est très satisfaisant avec 5 médailles, le titre individuel et la deuxième place pour Nathalie et Aurélia, Julien termine la course en bronze, les filles font retentir la marseillaise par équipe alors que les garçons doivent se résoudre à la deuxième place. 31603 10201573705044033 742339785 n[1]

En ce qui concerne ma course j’avais pour ambition de terminer dans les dix premiers et les trois premiers français, collectivement je pensais qu’envisager la médaille d’or était réaliste. Comme l’a si bien dit Philippe dans son discours de veille de course il y a le potentiel, les attentes et les pronostics mais au moment du coup de feu tout ça reste sur la ligne de départ et la course commence avec, comme toujours en trail, son lot de rebondissements !!!

995405 536477926415748 1950795973 n[1]Quand la course commence je me calle près de la tête, le rythme n’est pas extraordinaire, les jambes correctes, bref, la journée devrait bien se passer. Très vite je décroche du groupe de tête composé de six unités dont nos frenchis Julien, Patrick et Erik. Je pense que l’allure est trop rapide, surtout sur les plats et dans les descentes où l’anglais Lightfoot semble très à son aise. Je souhaitais réaliser un départ prudent et pourtant je ne peux m’empêcher de recoller au groupe en abordant le cinquième kilomètre et le bord du lac. Ça accélère de nouveau franchement et n’essaie même pas de suivre un rythme que je pense suicidaire sur ce parcours exigeant que je connais parfaitement. Je boucle le premier tour en 1h02, à 30 secondes de la tête alors que je m’étais fixé de ne pas descendre en dessous de 1h08 au tour. Certains vous dirons que c’est 6 minutes de gagnées, je pense que c’est 10 ou 12 de perdues sur le résultat final… j’essaie alors de ralentir mais je suis seul et les repères sont absents. Cette année j’ai peu couru et la gestion, qui fait ma force, est plus difficile sans grosse compétition préalable. J’ai l’impression d’être plus cool mais double Erik qui semble déjà dans le dur ainsi qu’un Norvégien un kilo avant la fin de la deuxième boucle. Je suis bien mais j’ai des sensations bizarres, comme des débuts de crampes au niveau des psoas. Moins d’ 1h05, je suis encore trop vite et cette fois la montée suivante entraine des crampes aux adducteurs.                   

 264415 10201573572840728 1518185823 n[1] 1044857 10201573568680624 1260240252 n[1]

 

Je suis encore bien placé mais je sais que la journée va être une véritable galère, j’ai des crampes mal placées, il fait très chaud et il me reste plus de 45 kilomètres à parcourir. Je repense brièvement au « prenez du plaisir », prends un gel et bois beaucoup. Il va falloir jouer serré pour rallier l’arrivée…

Une chose est sûre, je peux compter sur les supporters français, ma femme, mes enfants et ma famille dont les encouragements chaleureux me permettent de trouver des ressources. Sur les ravitos, le staff est bien en place et nous booste également dans la quête de la médaille par équipe. Je signale à Jean-François Pontier et à Philippe Propage que je suis mal, Jeff me répond que je suis cinquième, Phil que Julien est tombé et qu’il n’est pas certain de terminer mais aussi que Patrick est vraiment dans le dur. Je double Patrick qui était pourtant dans le coup avant d’être terrassé par des spasmes et des vomissements. La course tourne au vinaigre, si ça continue la médaille sera en chocolat avec une grosse indigestion ! Motif de satisfaction, Thierry m’a doublé et il semble bien.

1044500 536477379749136 1407899479 n[1] 1002837 536477779749096 1404117634 n[1]

Les deux derniers tours sont un calvaire, je m’accroche au courage et me force à rester dans la course en m’arrosant, en buvant et en mangeant régulièrement, pas à pas je me rapproche de la fin et c’est là-dessus que je vais me concentrer. Le mari de Nathalie me crie que c’est dans la tête, que je vais réussir, j’ai envie de lui dire « merci Franck mais y a plus que la tête qui fonctionne, pour le reste je suis en pilotage automatique et j’ai plus d’essence ».

Julien semble tenir devant, je rattrape Thierry dans le dernier tour avant le ravito à 8 kilomètres du but et l’encourage. Il s’accroche, motivé par la médaille par équipe qui semble nous être promise. Ca fait deux tours que je ne regarde plus les allures mais je me dis que je dois faire pitié… à la relance et dans un faux plat descendant je n’arrive pas à doubler une concurrente en passe de se prendre un tour ! Sur le coup rien de drôle sauf qu’à l’arrivée de la course Thierry me dira « t’as vu la fille on arrivait pas à la doubler…. ».

Thierry repasse devant, on essaie de s’encourager pour tourner les jambes le plus vite possible jusqu’à l’arrivée mais j’ai de plus en plus de crampes, ce sont maintenant les quadriceps qui se contractent et entrainent de violentes douleurs dans les descentes, je dois regarder filer Thierry quelques secondes devant moi.

Enfin la ligne droite de l’arrivée apparaît, je sais que la médaille se jouera au temps alors je sprinte (footing à bonne allure pour beaucoup de lecteurs de ce CR !). Le franchissement de la ligne est une délivrance, je ne tiens plus debout, je suis allé chercher chaque petite goutte d’énergie que j’avais en moi pour terminer la course sans jamais m’apitoyer sur mon sort ni me lamenter mais en essayant au contraire de faire face à cette situation défavorable dès le 30ème kilomètre (crampes) en cherchant à en tirer le meilleur profit possible.  

1011470 10201573600481419 1537154510 n[1]    mondiaux-2013 1027

Le meilleur ce samedi 6 Juillet 2013 c’était cette sixième place pour l’équipe de France, pour mon entourage et pour moi. Merci à tous ceux qui me félicitent et qui m’ont encouragé même si j’ai envie de dire que je suis un peu déçu, que je souhaite rapidement revenir dans la course et chanter la marseillaise sur la plus haute marche du podium avec les copains. J’ai aussi envie de leur dire que certains jours il faut savoir faire profil bas, que la course la plus difficile n’est pas toujours celle de devant et qu’il faut savoir faire « contre mauvaise fortune, bon cœur ! » 1010956 10151585084123323 1259775445 n[1]

Crédit photo : Philippe Clavery, Céline Plaud

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lemerle christophe 20/08/2013 19:02

salut fabien merci c vraiment gentil de ta part,c'est pas tout le monde qui le ferait,de répondre a d'autres coureurs!
Pour ma part je devais préparer le marathon de l'ardeche mais g des douleurs aux genoux depuis notre course a st jean!!donc fin de saison terminée,donc petite déprime prise de poids!!Je serais pas
a Gap!!
on va préparer la saison 2014 avec mon coach et mon club de Gap!!merci pour tout!a bientot

lemerle christophe 13/08/2013 17:02

salut fabien,je voulais juste te demander un conseil,je voulais savoir si tu avais un bon nutritionniste dans la région meme par correspondance,car je veux perdre du poid pour cet hiver pour etre
bien pour ma préparation hivernale!merci

fabienantolinos 15/08/2013 22:10



Bonjour Christophe,


je ne vois pas particulièrement un nutritioniste, mais je suis suivi par  Natur’Alpes ( Institut Français de Naturopathie Appliquée). Au delà de la perte de poids, ce qui est interessant,
c'est d'avoir une approche globale de la nutrition afin d'adapter ton alimentation à tes besoins sportifs. Bonne préparation. Fabien



lemerle christophe 25/07/2013 11:46

Bravo fabien pour ta perf et bravo aux autres francais!!dommage pour la victoire.bon repos a toi.on pourra dire que l'on a cotoyé a brignais le 6éme du mondial de trail long!
Tu seras a Gap pour le championnat de France?

fabienantolinos 29/07/2013 15:24



Bonjour Christophe, merci beaucoup. Je serai effectivement à Gap le 6 octobre. Au plaisir de te croiser.